Villa Windsor par Bertil Scali

Villa Windsor

Titre de livre: Villa Windsor

Éditeur: Michel Lafon

Auteur: Bertil Scali


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Villa Windsor.pdf - 30,961 KB/Sec

Mirror [#1]: Villa Windsor.pdf - 48,238 KB/Sec

Mirror [#2]: Villa Windsor.pdf - 40,683 KB/Sec

Bertil Scali avec Villa Windsor

Si Lady Diana et Dodi Al-Fayed n'étaient pas morts, cette nuit du 30 août 1997, ils auraient vécu villa Windsor, près de Paris. Quelques heures avant le tragique accident, la princesse et son amant visitent secrètement cet hôtel particulier de Neuilly, là où fleurissent les jardins de Bagatelle. La demeure a déjà accueilli un autre couple de proscrits illustres : le roi d'Angleterre Édouard VIII et Wallis Simpson, une Américaine deux fois divorcée pour qui, le 11 décembre 1936, le souverain décida d'abdiquer afin de devenir simplement le duc de Windsor...

Les vies qui se sont succédé ici dessinent une histoire singulière de l'Europe où se croisent Renée Van Cleef, l'héritière de la célèbre maison, Adolf Hitler pour qui le duc de Windsor eut une sympathie qu'il paiera cher, Winston Churchill, Coco Chanel, lord Mountbatten, le prince Charles et, bien sûr, la reine Élisabeth. Sans oublier Charles de Gaulle qui occupa la Villa à la Libération et s'amusa même à y entreposer la voiture du Führer...

Quatre-vingts ans après l'abdication d'Édouard VIII, vingt ans après la mort de Lady Di, les derniers témoins, des voisins, des amis de toujours, des employés fidèles des Windsor, ont confié à Bertil Scali leurs souvenirs de cette époque révolue.

Livres connexes

Si Lady Diana et Dodi Al-Fayed n'étaient pas morts, cette nuit du 30 août 1997, ils auraient vécu villa Windsor, près de Paris. Quelques heures avant le tragique accident, la princesse et son amant visitent secrètement cet hôtel particulier de Neuilly, là où fleurissent les jardins de Bagatelle. La demeure a déjà accueilli un autre couple de proscrits illustres : le roi d'Angleterre Édouard VIII et Wallis Simpson, une Américaine deux fois divorcée pour qui, le 11 décembre 1936, le souverain décida d'abdiquer afin de devenir simplement le duc de Windsor...

Les vies qui se sont succédé ici dessinent une histoire singulière de l'Europe où se croisent Renée Van Cleef, l'héritière de la célèbre maison, Adolf Hitler pour qui le duc de Windsor eut une sympathie qu'il paiera cher, Winston Churchill, Coco Chanel, lord Mountbatten, le prince Charles et, bien sûr, la reine Élisabeth. Sans oublier Charles de Gaulle qui occupa la Villa à la Libération et s'amusa même à y entreposer la voiture du Führer...

Quatre-vingts ans après l'abdication d'Édouard VIII, vingt ans après la mort de Lady Di, les derniers témoins, des voisins, des amis de toujours, des employés fidèles des Windsor, ont confié à Bertil Scali leurs souvenirs de cette époque révolue.

Si Lady Diana et Dodi Al-Fayed n'étaient pas morts, cette nuit du 30 août 1997, ils auraient vécu villa Windsor, près de Paris. Quelques heures avant le tragique accident, la princesse et son amant visitent secrètement cet hôtel particulier de Neuilly, là où fleurissent les jardins de Bagatelle. La demeure a déjà accueilli un autre couple de proscrits illustres : le roi d'Angleterre Édouard VIII et Wallis Simpson, une Américaine deux fois divorcée pour qui, le 11 décembre 1936, le souverain décida d'abdiquer afin de devenir simplement le duc de Windsor...

Les vies qui se sont succédé ici dessinent une histoire singulière de l'Europe où se croisent Renée Van Cleef, l'héritière de la célèbre maison, Adolf Hitler pour qui le duc de Windsor eut une sympathie qu'il paiera cher, Winston Churchill, Coco Chanel, lord Mountbatten, le prince Charles et, bien sûr, la reine Élisabeth. Sans oublier Charles de Gaulle qui occupa la Villa à la Libération et s'amusa même à y entreposer la voiture du Führer...

Quatre-vingts ans après l'abdication d'Édouard VIII, vingt ans après la mort de Lady Di, les derniers témoins, des voisins, des amis de toujours, des employés fidèles des Windsor, ont confié à Bertil Scali leurs souvenirs de cette époque révolue.